triangle-vd-blanc

La Suisse se mobilise pour ses frontaliers

Suite aux accords de juillet 2016 entre la France et la Suisse, les frontaliers n’ayant jamais exercé formellement leur droit d’option ont un an à partir d’octobre 2016 pour le faire.
Le 30 septembre prochain, il sera donc trop tard…

Comparer ?

Le 30 septembre 2017, il sera trop tard …

Plus de 8 000 frontaliers venant de France, n’ont à ce jour, jamais exercé formellement leur droit d’option. Il est important, pour chaque frontalier, de vérifier auprès des Institutions cantonales de santé si ce droit a été exercé. En effet, à partir d’octobre 2017, tous les frontaliers ne l’ayant jamais exercé, seront affiliés d’office au régime suisse LAMal.

Afin qu’un maximum de frontaliers puissent être informés (au moins sur le canton de Genève), le SAM (Service de l’Assurance Maladie) se mobilise. Un courrier a été envoyé à de nombreux employeurs de frontaliers afin que ceux-ci communiquent sur ce sujet envers leurs employés. Une ligne téléphonique spécialement dédiée au droit d’option a également été ouverte pour les frontaliers du canton de Genève. Voici le numéro : 0041 22 546 19 42.

Les conséquences économiques pour une famille de frontaliers, qui basculeraient de la CMU à la LAMal, peuvent être catastrophiques. C’est pourquoi, nous vous invitons, si ce n’est pas encore fait, à renvoyer ce nouveau formulaire du droit d’option aux autorités compétentes.

Voici les documents utiles à télécharger :

  • Communiqué du Département de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Santé sur le droit d’option
  • Conférence de presse « Frontaliers et exercice du droit d’option  » – 2/05/17
  • Le Formulaire du droit d’option
  • Lettre de rappel envoyée par le SAM
Communiqué du DEAS
Formulaire du droit d’option
Lettre de rappel envoyée par le SAM
Conférence de presse « Frontalier et droit d’option »

Votre devis assurance Santé Frontalier ? Comparez pour mieux assurer !

VOTRE CHOIX DU MODE DE COMMUNICATION